Recordings

Notre discographie compte à ce jour 2 doubles disques :

  • enregistré en 2018, Quinze s’articule autour de G. Binchois et de J. Ockeghem
  • enregistré en 2020, Caleidoscopio est lui presque entièrement consacré à Diego Ortiz

Quinze

Gilles Binchois / Johannes Ockeghem

Enregistré à l’automne 2018, le disque s’articule autour de Gilles de Bins, dit Binchois, et de Johannes Ockeghem : l’histoire d’un Maître bourguignon et de son élève flamand. Le disque a reçu 5 étoiles par la revue Classica, la distinction Melómano de Oro du magazine espagnol Melómano, a été cité dans Le Meilleur de 2019 par le site espagnol Codalario, a été le disque de la semaine pour ConcertClassic, a été noté 5/5 par la revue en ligne ON-TopAudio et a été Le Disque classique du jour pour France Musique !

Vous pouvez commander ce disque en cliquant ici.

Quinze. De ce siècle, en fait de musique profane il nous reste essentiellement de précieux manuscrits mais point d’instruments, si ce n’est ceux que portent les anges. Ce matériau que des plumes savantes ont soigneusement enluminé, ténu et fascinant, passionne les spécialistes depuis des lustres. 

Le pari de Comet Musicke, en s’appuyant sur les recherches les plus récentes, est de retrouver les couleurs instrumentales de cet univers perdu dont nous avons conservé de multiples reflets au-delà de la notation musicale : lyrisme du verbe poétique, parfois teinté d’humour, récits éblouis de la Cour de Bourgogne, reconstruction et magnificence du Royaume de France, puissance des couleurs et des formes d’un Van Eyck ou d’un Bourdichon…

Combinant au maximum quinze timbres vocaux et instrumentaux, nous avons voulu donner une interprétation colorée et opulente de ces polyphonies à l’harmonie envoûtante. Nous avons lu dans ces œuvres la joie, l’intimité et la mélancolie de l’amour mais n’y avons jamais trouvé d’austérité. Même lorsque Johannes Ockeghem rend hommage à Gilles de Bins  « Père de Joyeuseté », puis Josquin à Ockeghem, «Trésorier de Musique », la tendresse domine et le tombeau se double d’un manifeste artistique. 

Distribution : Francisco Mañalich – ténor, vièle, viole Renaissance et direction artistique / Marie Favier – mezzo-soprano / Aude-Marie Piloz – vièle et viole Renaissance / Sarah Lefeuvre – soprano et flûtes à bec / Daniela Maltrain – viole de gambe / Cyrille Métivier – cornets, flûte à bec et chant / Camille Rancière – vièle et chant / François Joron – baryton / Erwan Picquet – basse

Caleidoscopio

Diego Ortiz

Enregistré en 2020 « à la faveur du confinement », ce disque est largement consacré à Diego Ortiz, figure bien connue des instrumentistes qui pratiquent la musique ancienne pour son Trattado de Glosas de 1553 et ses célèbres diminutions virtuoses ; cependant son œuvre sacrée, rassemblée dans le Musices Liber Primus de 1565, est quasiment tombé dans l’oubli.

Vous pouvez commander ce disque en cliquant ici.

Ce programme est donc l’occasion de redécouvrir de très rares motets issus de ce corpus. D. Ortiz y montre sa pleine maîtrise de la polyphonie, synthèse d’influences multiples, de l’école franco-flamande aux chansons espagnoles. On y retrouve aussi l’inventivité rythmique des diminutions, soulignée par l’emploi des instruments en doublure ou remplacement des voix chantées, comme le suggère l’auteur dans sa préface.

Chansons polyphoniques, pièces d’orgue jouées en consort de cordes ou madrigaux ornés viennent compléter ce portrait inédit où la virtuosité se met au service d’une composition richement ornée.

Avec une formation constituée de voix et d’instruments mélodiques, nous avons cherché à bâtir un kaléidoscope qui dévoile un portrait sonore de D. Ortiz en assemblant, grâce à des instrumentations très variées destinées à mettre en valeur le contrepoint, des pièces de nature également diverse, organisées autour de ses recercadas et de ses motets. En replaçant ces œuvres dans leur contexte – en intégrant au programme des compositions de Hernando de Cabezon, Jacques Arcadelt et Francisco Guerrero notamment – et en refusant de les ordonner selon leur caractère sacré ou profane, nous espérons faire partager à l’auditeur du XXIe siècle une vision plus complète de l’un des plus remarquables compositeurs duXVIe siècle.

Distribution : Francisco Mañalich – tenor & viola da gamba / Marie Favier – alto / Aude-Marie Piloz – viola da gamba & tiple / Cyrille Métivier – corneti, vihuela de arco & alto / Camille Rancière – vihuela de arco & baxo / François Joron – tenor / Daniela Maltrain – vihuela de arco & tiple / Sarah Lefeuvre – tiple & flautas dulces / Jan Jeroen Bredewold – baxo / Patrick Wibart – serpentón & baxo